C'est aussi ça le Ultimate: « Des buts compatibles».

by Christian Painchaud January 21, 2014

Que pensez-vous du Ultimate?

C'était pendant le temps des fêtes, le moment du petit bilan personnel. On trouve difficilement un meilleur moment. Le crépuscule permanent du solstice d'hiver, l'air glacial, les tourbillons de neige soulevés par le vent. En approchant un fauteuil de la fenêtre, un café à la main, on se retrouve à dresser des bilans longs comme ça en un clin d'oeil. Bref, les yeux dans une tempête du Témiscouata, je me demandais pourquoi le Ultimate était un sport différent? J'avais soulevé la question autour de la table mais la famille ne semblait vraiment comprendre de quoi je parlais (moi non plus d'ailleurs). Ça m'embêtait.

Le Temiscouata

Quelques jours plus tard, un courriel de mon ami Alex Chabot m'apportait un début de réponse fort intéressant. En voici un extrait:

Je ne sais pas si on a déjà parlé de ça. Je trouve que le ultimate est un sport adulte, contrairement à plusieurs autres sports. Je t'ai probablement raconté l'histoire de comment j'ai commencé à jouer.

J'étais à Sherbrooke, je cherchais un sport. Je suis allé à la rencontre des capitaines de basketball, le responsable a dit: "Ok, tous les gars pas d'équipe vous jouez ensemble pour une game de tryout. Après la game, les autres capitaines vont choisir les joueurs qu'ils veulent prendre". Au basket, le mot d'ordre c'était: "Je veux jouer au moins 30 minutes tous les mercredis". Ils ont pris un gars.

À la rencontre des capitaines de ultimate, le responsable demande: "Combien il y a de joueurs sans équipe?" Plus d'une douzaine de mains se sont levées. Un capitaine dans la salle lève la main et dit: "Si on prend tous un joueur, ça fait au moins 12 joueurs de plus." Et c'est pas mal ce qui s'est passé. Certaines équipes ont choisi plusieurs joueurs, mais presque toutes les équipes ont prise un nouveau joueur. Le mot d'ordre c'était: "Plus il y a de joueurs, mieux c'est. Je suis prêt à jouer un peu moins à chaque mercredi pour qu'il y ait plus de monde qui jouent". 

Ensuite, quand je jouais au basket, et probablement quand tu jouais au hockey, l'équipe adverse était l'ennemi; l'ennemi, l'adversaire, il est là pour te détruire, tu es là pour le détruire.

Au ultimate, on sait que s'il y a pas d'équipe adverse, il y a pas de game; t'as besoin de l'autre équipe. C'est jamais quelque chose qui a été dit explicitement, mais ça a toujours été mon feeling, et c'est une différence fondamentale. Tu traites l'adversaire complètement différemment quand tu es conscient qu'il veut la même chose que toi: jouer. En plus, son but est parfaitement compatible avec le tiens [...]: courir, suer, sauter plus haut, tirer plus loin, pousser juste un peu plus que la dernière fois, avoir du fun. 

Mon ami Chabot illustre bien la culture du ultimate. On avait exploré le sujet sur ce blog. C'est l'alignement entre cette culture et les valeurs du 21e siècle qui me fait penser que le ultimate frisbee deviendra le sport le plus populaire de la planète. Qu'en pensez-vous?




Christian Painchaud
Christian Painchaud

Author


Leave a comment

Comments will be approved before showing up.


Also in Up The Line

Taiga Donates Jerseys || #taigainaction
Taiga Donates Jerseys || #taigainaction

by Rebecca Thompson June 26, 2017

Here at Taïga, we are dedicated to growing the sport of ultimate through education and awareness. Doing so means helping where we can for teams such as DougRoe Flow, an inner-city team from Rochester City made up of two different high schools—Douglass and Monroe.
Hamber Takes Provincials || #taigachamps
Hamber Takes Provincials || #taigachamps

by Rebecca Thompson June 19, 2017

Eric Hamber, a high school in Vancouver, BC, won their first ever senior provincial championship on May 28...
Club M & Taiga || Stronger Together
Club M & Taiga || Stronger Together

by Jordan Faries May 23, 2017

The partnership between Taiga and Club M has been the definition of a mutually beneficial relationship for the business and club as both have been getting off the ground in recent years.